Pour une mobilisation entrepreneuriale et citoyenne ! Signez l’appel

 

Le saviez-vous ?

10 235 projets accompagnés et développés
(au 31/12/2014)

Accueil Presse ARDAN : un pied dans l’entreprise
ARDAN : un pied dans l’entreprise
®LaRégionPACA

Ceux qui en bénéficient l’affirment avec conviction : « ARDAN », c’est un pied mis à l’étrier, un tremplin vers l’emploi ! Ce dispositif créé par la Région en partenariat avec le CNAM* repose sur le principe du « gagnant-gagnant » et sur un tandem indissociable, un emploi ET une formation.

Vous êtes responsable d’une petite entreprise ou d’une association et vous souhaitez y développer une activité nouvelle ? ARDAN vous concerne ! Vous recherchez un emploi ou êtes fraîchement diplômé ? ARDAN vous intéresse également. Pourquoi et comment ? C’est simple : ARDAN permet au demandeur d’emploi d’être formé et indemnisé tout en ayant un pied dans l’entreprise d’accueil, pendant 6 mois, le temps pour lui d’y piloter un projet particulier... et de faire ses preuves auprès de l’employeur qui, souvent, finit par l’embaucher.

70 % des stagiaires embauchés
À l’issue du stage de 6 mois, près de 70 % de stagiaires sont en effet recrutés, soit en CDD de plus de 6 mois soit en CDI. C’est tout l’intérêt du dispositif « ARDAN », un sigle qui signifie « Actions régionales pour le développement d’activités nouvelles ». Lancé en 2003 par le CNAM et la Région, il a largement fait ses preuves. « Les projets accompagnés sont de plus en plus nombreux : de 145 entre 2003 et 2006, on en compte 150 pour la seule année 2013, avec un objectif de 250 pour 2014 ! », explique Catherine Mattéi, responsable régionale ARDAN au CNAM-PACA.
Suivi personnalisé, méthode de travail… tout au long de ce parcours, le pilote du projet devient stagiaire de la formation professionnelle. Il bénéficie d’une formation et d’un accompagnement pour concrétiser un projet « dormant » au sein d’une entreprise de moins de 50 salariés ou d’une association située en Provence-Alpes-Côte d’Azur. Dans 95 % des cas, c’est l’entreprise ou l’association qui porte un projet de développement. Mieux communiquer, maîtriser ses coûts pour accroître sa production, intégrer de nouvelles compétences (internaliser un bureau d’études par exemple), renforcer sa stratégie commerciale, structurer son entreprise… tous les types de projets sont concernés par ce dispositif.

Piloter un projet tout en étant formé
Quel que soit son niveau de diplôme, le pilote de projets apporte à l’entreprise ses compétences pendant six mois, à raison de 35 heures par semaine. Rémunéré par Pôle emploi ou la Région, il reçoit en complé- Ceux qui en bénéficient l’affirment avec conviction : « ARDAN », c’est un pied mis à l’étrier, un tremplin vers l’emploi ! Ce dispositif créé par la Région en partenariat avec le CNAM* repose sur le principe du « gagnant-gagnant » et sur un tandem indissociable, un emploi ET une formation. ment une indemnité forfaitaire de 460 € net/mois. En retour, le stagiaire est formé par le CNAM au titre d’« Entrepreneur de la petite entreprise », obtenu à l’issue du stage. « Cette formation certifiante de niveau III (44 jours) fait connaître au stagiaire tous les ressorts de la petite entreprise au travers de cours de management, de gestion et de commerce », explique Catherine Mattéi. Vanessa Feuillère, ex-stagiaire aujourd’hui à la tête de son entreprise, témoigne de ce que lui a apporté cette formation : « Pour appliquer dans une PME de 15 personnes ce que je faisais précédemment dans des grands groupes, les cours de marketing, de commerce, de gestion de projets, de management de proximité et comptabilité – une nouveauté pour moi –, très concrets, m’ont permis de bien intégrer les problématiques d’une petite entreprise ». Le stagiaire bénéficie également d’un chéquier formation d’une valeur de 1 500 € pour financer une prestation personnalisée. Élodie Segond, chargée de développement dans les Alpes de Haute-Provence, a choisi de suivre « une formation de 4 jours sur les logiciels libres de création et de mise en page. »

Gagnant-gagnant
Côté entreprise ou association, l’avantage est indéniable. D’abord, en matière de coût : accueillir un stagiaire revient, pour les six mois du stage, à 5 500 € pour l’entreprise. « C’est très intéressant pour notre société. Grâce aux aides financières, c’est moins cher que de prendre quelqu’un en CDD », affirme Romaric Deydier, président de CDL Pharma. Par ailleurs, la prise de risque est maîtrisée pour le dirigeant qui a plusieurs mois pour tester les compétences de son stagiaire et lui faire confiance. Souvent, à l’issue de ce semestre, le tandem pilote de projets/chef d’entreprise est à nouveau gagnantgagnant : « Ces six mois de stage ont été une longue période d’essai pendant laquelle la structure a testé mes capacités et perçu les possibilités d’évolution que je pouvais lui apporter », témoigne Élodie Segond, qui a mené un projet au sein d’une association de l’économie sociale et solidaire et est aujourd’hui en CDI… À ce jour, 1 143 projets « ARDAN » ont été accompagnés et 550 autres sont prévus de 2014 à 2015. Avec ARDAN, l’économie, boostée par la formation, crée souvent de l’emploi.

Retrouvez notre film sur ARDAN sur le site tvregionpaca.fr, rubrique Découvertes.

© La Région PACA
Mai 2014

 

Webmaster - Mentions légales - Dernière mise à jour le 03/03/2017 - Copyright 2017